Les quatre règles d’or du compost maison!

compost maison

Aujourd’hui, plusieurs municipalités du Québec offrent le service de collecte de matière compostables, et ce, dans la majorité de celle-ci. Cependant, il est possible de faire son propre compost maison assez facilement. Il suffit de suivre quatre règles d’or.

Quelques règles

En effet, plusieurs fausses pensées circulent quant aux inconvénients de faire son propre compost. Les mauvaises odeurs, et l’attrait que peuvent avoir les restes de tables pour les petits animaux sont les plus connus. Il y a quelques règles simples à respecter pour éviter ces petits inconvénients. Premièrement, l’emplacement de votre bac est très important. Installez votre bac de compost dans un endroit ensoleillé à mi ombragé. Plus l’endroit sera ensoleillé et plus la décomposition se fera rapidement. Ensuite, déterminer si vous aurez un bac commercial ou si vous en construirez un. Vous pouvez aussi simplement le faire directement au sol selon l’espace dont vous disposez.

Matières à éviter

Certaines matières sont à éviter si on ne veut pas avoir la visite de petits animaux ou l’apparition de vers et de mauvaises odeurs. Le gras, les os, la viande ainsi que les produits laitiers sont à proscrire. Les mauvaises herbes n’y ont pas leurs places non plus. Si elles n’ont pas suffisamment chauffé, vous contaminerez vos plates-bandes de leurs semences en enrichissant votre sol.

Réussir son compost

compost maison

  1. Créer un équilibre dans l’apport de matières est très important : Il y a des matières contenant plus de carbone que d’autres, la paille, le bran de scie, les feuilles mortes, etc. Il y a ceux plus riches en azote, les résidus de cuisine et le gazon frais coupés, etc. Pour créer un équilibre optimal, il faut trois parts d’élément riche en carbone pour un riche en azote. (3/1)
  2. Le niveau d’humidité est un autre facteur important : Le compost doit être humide sans être détrempé. Plus il reste sec longtemps et plus le processus de compostage sera long. Vous pourrez ainsi éviter l’apparition d’odeurs désagréables.
  3. L’aération :Le retournement des matières constituant le composte, est très important. En brassant régulièrement vous accélérez la décomposition et la répartition de l’humidité. Par exemple, chaque fois que vous allez déposer vos résidus, brassez quelques coups et le tour est joué!
  4. Un deuxième bac : Si l’espace vous le permet, il est préférable d’avoir deux bacs ou tas de compost à la fois. Ainsi lorsque le premier est rempli vous pouvez commencer le deuxième. De cette façon, le premier a le temps de composter complètement avant d’être utilisé comme amendement. Chaque fois que vous ajoutez de nouvelles matières, cela reporte le moment du compostage complet. De plus, il faut toujours procéder au brassage des deux bacs pour de meilleurs résultats.

Principaux problèmes et solutions

Maintenant voici les principaux problèmes rencontrés lors du compostage et leurs solutions :

  1. Une odeur d’ammoniaque : Ceci est causé par une trop grande quantité de matière azotée. Simplement y ajouter des matières riches en carbone et brasser.
  2. Une odeur de soufre : C’est qu’il y a une trop grande quantité d’humidité. Vous n’avez qu’à incorporer des matières sèches et carbonées. Ensuite bien brasser.
  3. Le compostage trop lent : Il peut être dû à un mauvais équilibre entre les matières. Souvent, il y a trop de carbone alors augmenter l’apport en reste de table ou en gazon. Il se peut qu’il soit trop sec alors arrosez et brassez.
  4. Un manque de brassage : Il aura aussi pour effet de ralentir le compostage. N’oubliez pas de toujours ajouter un peu de terre ou de matière déjà compostée pour intégrer à votre compost. Vous y intégrerez ainsi les micro-organismes nécessaires au processus de compostage.


Alors voilà! En faisant votre propre compost, vous réduirez les coûts de l’amendement de votre sol et aussi la quantité de gaz à effet de serre qu’engendre la circulation des camions de collecte ! Alors bon compostage !!

No comments yet.