Mille et un Érables

érables

L’érable est surtout connu pour son sirop, un des emblèmes du Québec. Pourtant, il existe plusieurs sortes d’érable. Certains érables sont indigènes et d’autres issus d’hybridation, à grand déploiement ou adaptés au plus petit espace. Et que dire de leurs magnifiques couleurs automnales. Voici un bref survol de cet arbre majestueux.

 

Érable à sucre (Acer saccharum)

erable-a-sucre

Sans doute le plus connu, cet arbre indigène à croissance lente nous donne le sirop d’érable. Son port ovoïde devenant globulaire avec le temps offre une couronne large et irrégulière. Du à sa grande taille la plantation en ville est difficile. Il est aussi mal adapté aux conditions urbaines. Il tolère mal la compaction et les sels de déglaçage. Vert durant la saison estivale, il passe à un spectaculaire jaune orangé suivit de rouge flamboyant à l’automne.

 

Érable argenté (Acer saccharinum)

erable-argente

Ce géant indigène au port arrondi et irrégulier possède une croissance rapide. Cependant son enracinement quoi que superficiel est envahissant et puissant. Ce pour quoi sa plantation n’est pas recommandée à proximité des bâtisses et parfois même interdite dans certaines municipalités. Étant un arbre à grand déploiement, on le retrouve davantage dans les parcs ou dans les espaces vastes. L’érable argenté aime particulièrement les sols humides, mais s’adapte au sol peu humide. Son feuillage vert tout l’été laisse place à une teinte jaune doré à l’automne.

 

Érable rouge (Acer rubrum)

erable-rouge

Mieux connu sous le nom commun de plaine, il est surtout utilisé en naturalisation et en milieu humide. Sa forme est d’abord pyramidale pour ensuite devenir plus arrondi quoi qu’irrégulière. Certaines variétés, comme Armstrong, sont davantage colonnaires. Ils sont ainsi mieux adaptés aux endroits restreints. L’érable rouge est souvent confondu avec l’érable de Norvège Crimson King ou Royal Red qui portent des feuilles rouges dès le printemps. Par contre, le feuillage du véritable érable rouge reste vert l’été et ce n’est qu’à l’automne que son feuillage arbore un rouge intense.

 

Érable à Giguère (Acer negundo)

erable-a-giguere

Cet indigène peu connu possède une croissance très rapide et une forme globulaire, mais souvent étalée. Son tronc est court et dédoublé. On l’utilise surtout pour la naturalisation, car sa valeur ornementale est négligeable. On remarque aussi que sa longévité est bien moindre que les autres érables.

 

Érable de Norvège (Acer platanoides)

erable-de-norvege

La grande famille des érables de Norvège offre un choix impressionnant de variété. On passe du feuillage d’un beau rouge vin l’été (Crimson King, et Crimson Sentry) à un jaune verdâtre (Princeton Gold) au magnifique feuillage panaché crème et vert (Drummondii) ou d’un beau vert émeraude. Son port globulaire caractéristique de l’espèce en fait un arbre de ville intéressant. On retrouve toutefois des variétés plus colonnaires (Columnare). Il tolère autant les sols à humidité élevée que faible. À l’automne, sa couleur change plus souvent au jaune quoi que les variétés pourpres tendent vers le rouge bronzé.

Érable de l’amur (Acer ginnala ou Acer tartaricum ginnala)

erable-de-amur

Cet érable est plus petit que ses semblables. On le retrouve à tronc unique ou multiple. Il préfère les sols à humidité moyenne et sa plantation est facile. Idéal pour les conditions urbaines. Sa floraison est intéressante pour son léger parfum.  Le fruit de celui-ci, la samare, est particulièrement décoratif part sa couleur allant du rosé au rouge selon la variété. L’automne sa couleur est à couper le souffle avec ses teintes allant du jaune à rouge vif.

 

Érable du Japon (Acer palmatum)

erable-du-japon

Ce magnifique spécimen est souvent employé comme vedette dans les aménagements paysagers et jardins asiatiques. Sa forme érigée et irrégulière lui confère un aspect unique. De petite taille il est tout indiqué pour les petits jardins. De plus, sa croissance est lente. On le retrouve au feuillage vert jusqu’au rouge pourpré en été et ses couleurs automnales ne sont pas non plus à négliger. Il est toute fois recommandée de le planter à l’abri des vents, car il n’est pas très bien adapté à nos hivers québécois.



 

 

 

Grâce à ses nombreuses formes et couleurs, l’érable reste un choix judicieux. Les nombreuses variétés, offrant toute une particularité intéressante, gagnent à être connues. Vous en trouverez certainement un qui trouvera sa place dans votre aménagement.

No comments yet.